PLAYLIST 28/02/08

Publié le par bobby


undefined

 

                                         CROSSROADS

 

  undefined
















Générique : Luther ALLISON- Hideway

 

1-Muddy WATERS- I’m a king bee                                  

 

2-Guy TORTORA- People get ready                                

 
www.guytortora.com

3-Honeyboy EDWARDS-Apron strings  
www.earwigmusic.com

Le maitre & l'eleve pour le titre:
                            STAND BY ME                           

 

4-Ben E. KING                                                          

    The Very Best Of King Ben E.                           

5-John LENNON                                                               

 

6-Sean COSTELLO-Anytime you want                            

 

 

7-BB KING- Help the poor                                               

  Live At The Regal  www.bbking.com

8- BIG DEZ- You don’t know what love is                          

 
www.bigdez.com  

9- YELLOW DOGS- Walking the dog 
yellow-dogs.jpg                              

  yellow watchdogwww.yellow-dogs.fr









10-ROOMFULL of BLUES- Big Mama                            

 
  
Raisin' a Ruckuswww.roomfullofblues.com 

FLASH undefined SUR  
      
Luther ALLISON

                        

Luther Allison naît le 17 août 1939 à Widener dans l'Etat de l'Arkansas.

Enfant de choeur, il joue de l'orgue à l'église mais préfère bientôt écouter et jouer le blues en autodidacte sur sa guitare.

A l'âge de 13 ans, il déménage à Chicago. A 16 ans, il écume déjà les bars à blues dans l'espoir d'être invité par une star locale. Il jouera ainsi avec Howlin' Wolf et James Cotton. Mais c'est Muddy Waters qui lui met le pied à l'étrier alors qu'il n'a que 18 ans.

Il traverse les années 1950 et 60 en tant que musicien de bar,jusqu'à l'enregistrement d'un premier single en 1965 et d'un premier album "Love Me Mama" sorti chez Delmark Records en 1968.

Sa première grande prestation scénique a lieu en 1969, lors du Ann Arbor Blues Festival auquel il participera les 3 années suivantes. A cette époque, il fait le tour des Etats-Unis avec sa guitare et finit par décrocher un meilleur contrat en 1972 chez Motown, dont la spécialité n'est pourtant pas le blues.

Il découvre ensuite l'Europe où il jouit d'un accueil chaleureux: à Montreux dont le meilleur sera gravé sur l'album "Where Have You Been: Live In Montreux 1976-1994" (2000). Mais aussi et surtout en France où il emménage en 1977. Durant 15 ans, il ne remettra pas les pieds dans son pays natal. Le blues démodé aux Etats-Unis est apprécié d'un public européen averti qui ne boude pas les longs solos de Luther en concert.

Mais Luther s'oriente vers un blues marqué par le rock, notamment sur "Life Is A Bitch" (1983), ce qui n'est pas du goût des puristes. En 1994, Allison et son agent européen, Thomas Ruf, fondent le label Ruf Records. Dans le même temps, Luther signe avec le label de blues Alligator Records pour distribuer ses disques aux Etats-Unis. C'est d'ailleurs son fondateur, Bruce Iglauer, qui convaint Luther de revenir jouer aux USA. L'album "Soul Fixin' Man" (1994) lui donne l'occasion de redécouvrir et d'élargir son audience en Amérique du Nord au fil des concerts. Allison remporte quatre W. C. Handy Blues Awards. L'album "Blue Streak" ne démentira pas ce succès croîssant.

En pleine tournée, en 1997, Allison se plaint de douleurs au torse et de problèmes respiratoires. Hospitalisé, il découvre qu'il a une tumeur au poumon en phase de métastase. Dans un état comateux, il décède le 12 août 1997 à Paris, laissant un ultime album, "Reckless". Son corps repose près de Chicago.

Luther Allison est l'une des figures du Chicago blues et un chouchou du public européen. Son flambeau a depuis été repris par son fils, Bernard Allison.

--Cédric 30 juillet 2006 à 20:47 (CEST)  EXTRAIT DE  www.unplugged-café.org

Publié dans crossroads

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article